BUDGET CULTURE 2017 ET ARTS VISUELS (3) : DES CRÉDITS EN FAIBLE AUGMENTATION ET CONCENTRÉS SUR LES DIFFUSEURS

Le « bleu budgétaire » du budget de la culture consacré au programme 131 dit « création » est téléchargeable en pdf en fin d’article.
1/ CRÉDIT CENTRAUX : La première carence de la politique publique à l’égard des arts visuels est la faiblesse et l’iniquité des moyens accordés à la structuration professionnelle.
p. 45
Extrait PLF : « Structuration des professions et de l’économie du secteur : 1,64 M€ AE=CP

0,80 M€ en AE=CP sont destinés au soutien des galeries d’art via le Fonds d’avances (...)

Lire la suite

BUDGET CULTURE 2017 ET ARTS VISUELS (2) : LES PREMIERS ACTEURS SYSTÉMATIQUEMENT OCCULTÉS

1/ Le rôle fondamental de l’artiste-auteur reste un impensé des politiques publiques
Dans l’écosystème de l’art, l’artiste-auteur est le seul à avoir affaire à l’ensemble des acteurs.
Les intérêts collectifs moraux et matériels des auteurs des arts visuels sont portés par leurs syndicats professionnels. Or la faiblesse extrême du soutien financier public aux syndicats du champ des arts visuels met véritablement les représentants des artistes-auteurs dans une situation intenable.
Les ressources des (...)

Lire la suite

BUDGET CULTURE 2017 ET ARTS VISUELS (1) : UNE SITUATION D’INCURIE REMARQUABLE

Pour les acteurs de terrain que nous sommes, la lecture du projet de loi de finance (concernant les arts visuels dans le programme 131 du PLF) est toujours un exercice étrange, tant est grand le gouffre entre les déclarations d’intention du gouvernement, les moyens mis en œuvre et la situation réelle des acteurs du champ des arts visuels, notamment celle des auteurs des arts visuels eux mêmes.
Les effets d’annonce nourrissent la presse mais nullement les artistes-auteurs. Alors que s’achève le (...)

Lire la suite

SÉCURITÉ SOCIALE DES ARTISTES-AUTEURS : RÉGULARISER OU FAIRE SEMBLANT DE RÉGULARISER LE PASSIF CALAMITEUX DE L’AGESSA ? (2ème épisode)

La direction de la sécurité sociale (DSS) du ministère des affaires sociales et de la santé, bien que parfaitement informée et en charge du contrôle de légalité, a laissé se développer des pratiques illégales au sein de l’Agessa. Pratiques qui portent gravement préjudice aux artistes-auteurs non affiliés, et ce, depuis une quarantaine d’année. Ces irrégularités ont notamment été pointées en 2005 et 2013 par deux rapports conjoints de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) et de l’Inspection Générale (...)

Lire la suite